Basse-cour II - 1963

Huile, bois et fer sur toile, 149 x 204 cm

Après sa période abstraite (1957-1962), Raveel revient au rendu de la réalité sans toutefois se contenter du style traditionnel de la peinture figurative. Il est préoccupé par le rapport entre la peinture et l’environnement, la réalité et l’illusion. Il essaie de dépasser les limites en intégrant de véritables objets dans ses œuvres au lieu de les représenter. Certains éléments sont illustrés d’après nature alors que d’autres sont remplacés par un signe, un symbole ou un aplat. Ce style, appelé « Nieuwe Visie » de Raveel trouve son inspiration et son langage pictural dans la vie quotidienne.

Roger Raveel

1921-2013

Roger Raveel étudie à l’académie de Gand. Il est d’abord passionné par les expressionnistes flamands, avec lesquels il prend cependant ses distances en 1938-39. Vers 1949, il est frappé par le travail de Mondrian. En 1951, il a des contacts avec les membres de Cobra mais n’adhère pas au mouvement. De 1957 à 1962, il fait surtout de la peinture abstraite, après quoi il se tourne vers la figuration. Le rapport entre la peinture et l’environnement, l’illusion et la réalité, le fascine. Il force les limites de la toile par des aplats, des carrés, des signes abstraits. Par la suite, il introduit dans ses peintures de véritables objets, par exemple, une cage avec un oiseau vivant. Il monte des miroirs sur la toile et intègre ainsi le spectateur dans l’œuvre. Raveel utilise le langage pictural de son temps, accepte les formes figuratives mais mélange les styles contradictoires et se moque des schémas traditionnels de composition.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.