Ja, ja für Elise - 1994

Huile sur toile, 80 x 65 cm

Selon Van Imschoot, le monde et l’histoire se réduisent presque à la souffrance et à la tragédie. Il peint des moments narratifs tragiques, avec le souci du détail, d’une main virtuose et parfois dans une vision oppressante. C’est la tragédie en forme de reproduction esthétique. Le spectateur confronté à son œuvre accompagne en quelque sorte la démarche de l’artiste qui débouche sur une image unique, la synthèse du récit. C’est ici que l’on touche à l’une des questions fondamentales en art : les possibilités de la peinture pour l’illustration d’objets et l’évocation d’événements historiques et (auto)biographiques et d’expériences mentales. En donnant à ses tableaux une touche inachevée et énigmatique, Jan Van Imschoot fait sentir ce qui l’occupe. Ce n’est pas tellement la création d’une représentation figurative lisible, mais plutôt la recherche de l’image juste.

Jan Van Imschoot

°1963

Le Gantois Jan Van Imschoot étudie la peinture à l’académie de sa ville natale, où il habite et travaille. On sera frappé par le style direct, la fluidité du pinceau et l’équilibre des couleurs. Le peintre use d’un langage très clair, parfois ironique. Son œuvre évolue beaucoup mais la préférence de l’artiste va toujours à des thèmes historiques et à l’évocation de l’âpreté de la société et des récits oubliés de la tradition. En 2005, il réalise une remarquable peinture murale narrative sur deux murs aveugles du Brabantdam à Gand. Il approche souvent ses sujets d’une manière littéraire et les présente en séries. Ces peintures ne livrent entièrement leur essence et leur signification que quand elles sont vues et lues ensemble.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.