La danse - 1888

Huile et feuille d’or sur bois, 88 x 184 cm

À partir de 1888, le thème de la danse revient régulièrement dans l’œuvre de Xavier Mellery. L’attitude maîtrisée et concentrée des jeunes femmes n’exprime pas la joie sensuelle de la danse mais évoque plutôt une réunion profondément spirituelle. On croirait voir des vierges ou des prêtresses engagées dans une danse rituelle dont elles sont seules, avec les tambours, à connaître le rythme et les mouvements. Le critique Camille Lemonnier décrit un tableau similaire de Mellery comme une ronde de moissonneuses après l’accomplissement des rites sacrés.

Xavier Mellery

1845-1921

Le peintre, dessinateur et graphiste Xavier Mellery obtient le prix de Rome en 1870. Pendant sa visite en Italie, il est surtout impressionné par les fresques de la chapelle Sixtine. À son retour, il s’établit dans la demeure paternelle à Laeken, près de Bruxelles. Cette maison est le décor de nombreux dessins et tableaux intimistes dans lesquels il essaie de montrer l’âme des choses, la vie invisible derrière le monde visible. À côté de ce réalisme poétique, il développe un style décoratif totalement différent par lequel il veut exprimer l’harmonie idéale. C’est ainsi qu’il crée des représentations allégoriques, grandes et petites, de personnages classiques dans les tons sombres, sur fond doré, souvent avec une légende. Il présente ces œuvres idéalistes en 1897 au sixième Salon de la Rose+Croix à Paris.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.