La délivrance d’Andromède - 1925

Huile sur toile, 139 x 101 cm

Andromède, qui sera libérée par Persée, est attachée à l’extrême gauche sur une roche élevée à proximité de la côte. Un groupe décoratif de paons monstrueux la menace. À droite, trois nymphes batifolent au bord de l’eau. L’ensemble donne une impression d’harmonie apparemment spontanée entre les parties lourdes et sombres et les zones légères et transparentes. Ce tableau insouciant appartient, par la liberté de la structure et de la technique picturale, à la dernière période du peintre. En 1925, après des années de perte de force et d’inspiration, sa créativité reprend. L’illustration mythologique de la délivrance d’Andromède est l’œuvre majeure de cette année-là. Du point de vue de la couleur, le tableau est particulièrement réussi grâce au puits de lumière au milieu, schéma de composition favori d’Ensor, entouré de taches de couleurs profondes. Le groupe qui tourbillonne dans le ciel est une parodie vaporeuse de Rubens.

James Ensor

1860-1949

James Ensor, de père anglais et de mère flamande, étudie d’abord à l’académie de sa ville natale, Ostende, puis à Bruxelles. En 1880, il s’établit définitivement à Ostende. Après quelques œuvres dans une manière sociale et réaliste, il peint une série d’intérieurs intimistes assez sombres. En 1882, il adopte un style novateur qui privilégie la clarté et se heurte à des réactions hostiles. Certains de ses contemporains se rendent cependant compte qu’il est un des principaux représentants de l’impressionnisme belge. Bientôt, le calme (apparent) disparaît tout à fait de son œuvre. Des formes et des masques menaçants s’emparent de ses toiles. Il défie l’ordre établi par ses parodies de thèmes religieux et sa critique de la société. Ses sujets ainsi que la liberté de son style pictural et de l’emploi des couleurs en font un précurseur de l’expressionnisme. Il meurt le 19 septembre 1949 à Ostende.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.