La montée au calvaire - 1919

Encre de chine sur papier, 1050 x 720 mm

La montée au calvaire représente une critique de la ville, du capitalisme et de la société d’après-guerre. L’homme au centre, larme à l’œil, écrasé par le poids de sa croix, semble perdu et oppressé dans la masse. Personne ne le remarque. Au premier plan, comme un pied de nez à la douleur des autres, les hommes d’affaires, affichant un sourire béat où, plissant des yeux avares, ils se réjouissent. Poussé par ses convictions pacifistes, Masereel dénonce l’isolement de l’individu dans le rythme urbain et les conséquences de la guerre. L’alternance entre le blanc et le noir souligne la force de sa vision.

Frans Masereel

1889-1972

La montée au calvaire - 1919

Encre de chine sur papier, 1050 x 720 mm

La montée au calvaire représente une critique de la ville, du capitalisme et de la société d’après-guerre. L’homme au centre, larme à l’œil, écrasé par le poids de sa croix, semble perdu et oppressé dans la masse. Personne ne le remarque. Au premier plan, comme un pied de nez à la douleur des autres, les hommes d’affaires, affichant un sourire béat où, plissant des yeux avares, ils se réjouissent. Poussé par ses convictions pacifistes, Masereel dénonce l’isolement de l’individu dans le rythme urbain et les conséquences de la guerre. L’alternance entre le blanc et le noir souligne la force de sa vision.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.