L’aurore - 1942

Huile sur toile, 164 x 168 cm

Permeke peint des paysages et des marines pendant toute sa vie. Quand, après ses études à l’académie de Gand, il va habiter à Laethem-Saint-Martin, il est fortement impressionné par les paysages luministes d’Émile Claus. Après la Première Guerre mondiale, il adopte le style expressionniste, mais le paysage et la lumière continuent à le fasciner. Pendant l’été caniculaire de 1942, il peint L’aurore, un paysage où les rayons du soleil explosent littéralement. La même année, l’occupant allemand lui interdit de peindre et d’exposer parce que son art est considéré comme dégénéré. Il expose néanmoins plusieurs paysages, dont L’aurore, en novembre 1943 à la galerie bruxelloise Brueghel.

Constant Permeke

1886-1952

Après ses études à l’académie de Gand, Constant Permeke s’établit en 1909 à Laethem-Saint-Martin, où il forme avec notamment Albert Servaes, Gustave De Smet et Frits Van den Berghe la seconde école du lieu. En 1912, il va habiter à Ostende. Dans les années 1912-1924, il est influencé par les expressionnistes allemands, les futuristes italiens, les cubistes français et Van Gogh et il développe son style caractéristique. Permeke est indiscutablement le plus monumental des expressionnistes flamands. Il dessine et peint surtout des marines, des paysages, des pêcheurs et des paysans dans un style de synthèse avec une gamme de couleurs sombre, presque monochrome de tons bruns et bleus. Ses thèmes sont universels : l’attachement à la terre, la maternité, le tragique de la vie. À partir de 1930, il habite à Jabbeke dans une vaste maison avec un atelier, baptisée « De vier winden » (les quatre vents) qui sera aménagée en musée après sa mort.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.