Le jardin du songe - 1907

Huile sur toile, 120 x 107 cm

Dans les années 1890, Émile Fabry rejoint un groupe d’artistes à la recherche d’une dimension spirituelle dans l’art. Ces idéalistes créent une branche désincarnée du symbolisme. Ils se retranchent dans un art rêveur que le monde moderne exclut. Ils s’inspirent des nus héroïques de l’histoire de l’art, de la Grèce antique au XIXe siècle. Ils expriment leurs idées de préférence en allégories. Le jardin du songe est une œuvre idéaliste typique d’Émile Fabry. Le corps nu est rendu d’une manière plastique mais la forme réelle de la représentation est limitée, l’accent étant mis sur l’aspect décoratif et les éléments suggestifs. L’harmonie monochrome crée une atmosphère mélancolique étrangère au monde.

Émile Fabry

1865-1966

Après des études à l’académie de Bruxelles, Émile Fabry suit le courant symboliste. Ses personnages au visage déformé par la douleur évoquent l’angoisse et l’inquiétude. Ses œuvres pré-expressionnistes constituent la partie la plus forte de sa création. Vers 1900, il est influencé par l’art nouveau. Il s’associe aux projets des architectes Victor Horta et Paul Hankar. Entre-temps, il évolue vers l’idéalisme, une tendance issue du symbolisme qui revient aux formes et aux traditions classiques. Fabry s’attache alors surtout à l’art monumental et décoratif. Dans les années 1890, il est cofondateur et membre de plusieurs cercles artistiques importants : Pour l’Art, la Rose+Croix, L’Art idéaliste. Il dessine des affiches et des décorations murales, notamment pour le théâtre de la Monnaie à Bruxelles et le musée d’Afrique centrale de Tervuren. En 1919, il devient membre du groupe L’Art monumental.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.