Les pochards - 1883

Huile sur toile, 115 x 165 cm

Les deux ivrognes sont bien caractérisés par leur attitude, leurs mains et, pour celui de gauche, l’expression abattue du visage. Le verre tombé et roulé sous la table, délicatement peint, contraste avec la grossièreté des personnages et la grisaille de l’intérieur. Le jeune Ensor veut évoquer la dureté de la réalité sociale. Au début de sa carrière, Ensor crée quelques œuvres de style social et réaliste. Les pochards appartiennent à la fin de cette période. Ensuite, il peint pendant un certain temps des personnes dans des intérieurs bourgeois dans des tons assez sombres. À partir de 1883, les masques font leur apparition. Assez vite, sous l’influence des impressionnistes et surtout de William Turner, Ensor adopte une palette plus claire et une vision plus moderne, en fait trop moderne pour de nombreux contemporains. Ensor a vingt-trois ans quand il peint cette toile. C’est une œuvre puissante et réaliste sur un sujet social, réalisée au début des années 1880.

James Ensor

1860-1949

James Ensor, de père anglais et de mère flamande, étudie d’abord à l’académie de sa ville natale, Ostende, puis à Bruxelles. En 1880, il s’établit définitivement à Ostende. Après quelques œuvres dans une manière sociale et réaliste, il peint une série d’intérieurs intimistes assez sombres. En 1882, il adopte un style novateur qui privilégie la clarté et se heurte à des réactions hostiles. Certains de ses contemporains se rendent cependant compte qu’il est un des principaux représentants de l’impressionnisme belge. Bientôt, le calme (apparent) disparaît tout à fait de son œuvre. Des formes et des masques menaçants s’emparent de ses toiles. Il défie l’ordre établi par ses parodies de thèmes religieux et sa critique de la société. Ses sujets ainsi que la liberté de son style pictural et de l’emploi des couleurs en font un précurseur de l’expressionnisme. Il meurt le 19 septembre 1949 à Ostende.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.