Sam-Lizy - 2000

Huile sur toile, 60 x 50 cm

Ce n’est qu’à distance que l’on peut percevoir l’image à travers les épaisses couches de peinture enchevêtrées. L’espace autour du personnage, car c’en est bien un, est sombre. On se demande par quel mystère quelque chose de reconnaissable peut ressortir de cette masse de couleur. Dillemans réussit cette prouesse en contrôlant soigneusement la forme et la ligne sous les couches. Le dessin est la base de son art. C’est un peintre de la vieille école, au sens positif du terme. Il a d’abord développé son style propre dans des autoportraits. À partir de 1995, Lizy est son modèle favori pendant cinq ans. Il en a fait des centaines de portraits, d’abord réalistes, puis de plus en plus déformés, avec des traits creux et anguleux et un regard triste et affamé. Dillemans est également boxeur. Il se bat, sur le ring et à l’atelier, avec des gants de boxe et au pinceau.

Sam Dillemans

°1965

Le Louvaniste Sam Dillemans est graphiste, dessinateur, peintre, sculpteur et professeur à l’académie des beaux-arts d’Anvers. Ses études dans différentes académies ne lui permettent pas de trouver ce qu’il cherche et il suit son instinct artistique. Il dessine beaucoup, copie les maîtres anciens et se nourrit notamment de l’art de Max Beckmann, Egon Schiele et Oskar Kokoschka. Dillemans veut retourner à la source, à la vraie peinture. La manière dont quelque chose est peint est primordiale pour lui. Tout ce qu’il veut dire est contenu dans sa façon de s’exprimer picturalement. Il utilise d’épaisses couches de couleur tout en contrôlant soigneusement la forme et la ligne. Il déforme énormément la réalité et les visages pour faire sentir la souffrance. L’utilisation lourde et violente du pinceau rend son œuvre agressive mais elle contient aussi beaucoup de poésie et de tristesse.

Plus d'oeuvres

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.