L'aube sur la ville : l'envers du décor

Le saviez-vous ?

L’aube sur la ville cultive le mystère propre aux tableaux de Paul Delvaux. Davantage même puisqu’elle cache un secret que les yeux les plus avertis seraient bien en peine de détecter. Il se trouve au dos de la toile, où l’on découvre une ébauche composée au début des années 1930 par l’artiste. La précarité due à la Seconde Guerre mondiale (L’aube sur la ville a été achevée en 1940) a sans doute poussé Delvaux à réutiliser cette toile. L’œuvre initiale, orientée en hauteur, représente vraisemblablement deux femmes enlacées, l’une dénudée au premier plan, l’autre en soutien-gorge. Vraisemblablement, car le peintre a recouvert d’une couche d’huile blanche diluée cette œuvre datant d’une période où il n’a pas encore fixé son style caractéristique. Ici, on pourrait parler d’un postexpressionnisme mâtiné d’une touche de fauvisme brabançon.

Er is iets fout gegaan. Gelieve opnieuw te proberen.